vendredi 3 novembre 2017

Modiano, Cendrars. Le Rêve encore.


" Le Rêve à une histoire, une histoire de rêve: Simenon y rédigea son premier roman Le pont des arches, Céline, CendrarsMarcel Aymé y avaient leurs habitudes et Patrick Modiano aimait donner « rendez-vous au Rêve  »  ".
 On raconte pour la légende que c’est ici que Jacques Brel, attablé dans un coin près de la vitre, guettait le passage de Suzanne Gabriello dont il était séparé, et composa un brin nostalgique Ne me quitte pas. "
 
De Blaise Cendrars, au bar " Le Rêve " il n'est point question dans l'enquête d'Olivier Renault sur le Paris de l'auteur de Moravagine qui, pourtant, hanta Montmartre.
Il est vrai que ce bourluingueur s'entendit toujours à brouiller les pistes. A se dédoubler. A forger sa légende. Le Paris de Cendrars, qui vient de faire son apparition sur l'étal du libraire, relate son  odyssée à travers les rues de la ville. De la place de l'Alma à la place Clichy, de Montparnasse à la rue Jean Dolent (écrivain tombé dans les oubliettes)... c'est-à-dire à un jet de pierre de la prison de la Santé. Des salons aux bas-fonds. Une visite qui vaut le détour au fil de la collection " Le Paris des écrivains ".

Olivier Renault, Le Paris de Cendrars,
Editions Alexandrines, 125 pages, 9,90 €

Aucun commentaire:

Publier un commentaire