dimanche 8 mai 2016

D'un aphorisme à l'autre

Dominique Noguez, Pensées bleues.
Aphorismes. Suivi d'un Bref traité
de l'aphorisme, Equateurs, 111 pages,
12 €
Dominique Noguez, en plus d'être un poète, un philosophe de formation et un ancien professeur d'esthétique, est un artiste de l'aphorisme.
" Quelle que soit l'heure où passent les poubelles, elles dérangent. "
" Il faut qu'une porte soit ou verte ou bleue. "
" Pigeon qui roucoule fait rêver de broche. "
" L'Académie : quarante membres. N'est-ce pas un peu se vanter ? "
CQFD.
Pour Dominique Noguez, quelles sont les caractéristiques de l'aphorisme ?
" L'aphorisme a 1° une structure particulière, 2° est comme un tour de magie difficile à réussir, 3° est comme la pièce d'un puzzle, mais 4° supporte mal la compagnie, 5° cherche l'universalité plus que la simplicité, 6° la concision plus que la simplicité, 7° il est souvent amer et 8° il est mal-aimé. "

                                                 *

En fait, l'aphorisme n'est pas sympa, comme dirait Alain Schiffres qui vient de publier un livre dont la conclusion est, justement, un aphorisme : " Plus les temps sont durs, plus les gens sont mous. "
D'après l'ironique Alain Schiffres, " sont plutôt sympas : les prix bas, les bons plans, la fête des voisins et le rapport qualité-prix.
Sont sympas : le nouveau bébé d'Olivia, le petit libraire, les rondeurs chez une femme (...).
Sont très sympas : les spectacles de rue, les applis, les cafés philosophiques, les salons de l'Agriculture et mes nouvelles sandales. "
Mais, à lire la presse, un autre aphorisme vient à l'esprit : tout n'est pas dur au pays des sympas. Jérôme Garcin, de L'Obs ; Alex Girod de l'Ain, d'Elle ; Frédéric Beigbeder, du Figaro Magazine ; Eric Chevillard, du Monde des livres Michel Crépu de La Nouvelle Revue Française ; Jean-Noël Leblanc, du Journal du Centre ; Jean-Claude Perrier de Livres-Hebdo, ont eu raison de dire en chœur tout le bien qu'ils pensaient du livre d'Alain Schiffres, longtemps journaliste à L'express et à L'Obs, confie son éditeur.

Alain Schiffres, Sympa, Le Dilettante,
175 pages, 17

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire