vendredi 22 avril 2016

Sacrés nanars

François Forestier, 101 nanars. Une anthologie du
cinéma affligeant (mais hillarant), Denoël;
381 pages, 21 €
" Nanar " : vieillerie sans valeur, dit le dictionnaire. Synonyme : "navet ".
François Forestier est incollable et il faut rendre justice à ses efforts : dégager 101 mauvais films dans l'avalanche de chef-d'œuvres cinématographiques qui se présentent à nos yeux est une grande prouesse. Il faut dire qu'il s'est donné du champ
en remontant jusqu'aux années 1950.
Son anthologie comporte douze grands chapitres (douze comme les travaux d'Hercule) parmi
lesquels : "Péplums et exotisme ", " Le rayon
macho ", " Erotisme sauvage "ou " Nanars à la française ".
Le ton de l'auteur est grave, le style profond et la culture astronomique, comme il sied à un tel projet.
Un lion en premier plan et Pamela Anderson derrière lui en bikini préhistorique font les frais de la couverture. On retrouve beaucoup de grands acteurs à l'intérieur du livre, ainsi que de grands réalisateurs venus du monde entier.
Orson Wells (dont aucun film ne figure dans le palmarès des 101 nanars, ouh !) avait dit : " Un bon film c'est celui qui vaut le prix du ticket, du restaurant et de la baby-sitter " et Woody Allen (autre absent de l'anthologie) : " Mes films sont une forme de psychanalyse, sauf que c'est moi qui suis payé, ce qui change tout ! ".
Leurs déclarations, qui n'engagent qu'eux-mêmes, se trouvent dans 300 citations pour les amoureux de cinéma que l'on peut se procurer chez le libraire.

Mélanie Carpentier, Alessandro Rizzo, 300 citations pour
les amoureux de cinéma, Dunod, 124 pages, 5,50 €

Aucun commentaire:

Publier un commentaire