lundi 18 avril 2016

Le plus vieux récit du monde

L'Epopée de Gilgamesh, traduit
et adapté par Abed Azrié,
Albin Michel, 180 pages, 7,20 €
Le libraire rayonne.
L'Epopée de Gilgamesh (prononcez Ghilgamesh) reparaît en collection de poche dans la traduction qu'il préfère : celle d'Abed Azrié. Elle est la plus poétique sans s'écarter de l'exactitude requise.
Et comme une bonne nouvelle ne vient jamais seule, les éditions L'Atalante viennent de republier l'adaptation que fit Robert Silverberg en 1984 de l'Epopée.
Silverberg, plutôt connu comme écrivain de fantasy et de science fiction, a bien eu raison de se tourner pour une fois vers le passé de l'humanité. Son Gilgamesh roi d'Ourouk, très bien documenté, pas trop simplifié, mais d'une lecture aisée, est une excellente adaptation sous forme romancée. Elle peut sourire aux lecteurs adolescents et aux plus âgés ; aux amateurs d'aventures comme aux amateurs d'archéologie.
" Dans ce livre, nous dit-il, je me suis principalement intéressé au Gilgamesh de l'Histoire, sans pour autant négliger le personnage mythique, le héros de la plus ancienne littérature épique ayant traversé les âges jusqu'à nous. "
Ceux que l'histoire des civilisations attire devraient se pencher du même coup sur le classique des classique de Samuel Noah Kramer : L'Histoire commence à Sumer, disponible en Champs Flammarion.
Robert Silverberg, Gilgamesh,
Roi d'Ourouk, traduit de l'américain par
Gilles Ganache, L'Atalante,
379 pages, 23 €
 



Aucun commentaire:

Publier un commentaire