mercredi 24 mai 2017

Les lieux en mouvement

Ajouter une légende
On les appelle parfois des "images-constats " : ce sont les photographies (parfois des cartes postales) d'un même lieu prises à différentes époques et mises côte à côte.
Elles servent souvent à alimenter la nostalgie des plus âgés et représentent généralement des vues de villes ou de villages. La place de l'église hier et aujourd'hui ; un bistrot et l'immeuble qui l'a remplacé ; le kiosque avant la guerre et maintenant. L'arbre n'est plus là ; la façade est désormais en pierres apparentes ; l'enseigne, en revanche,
est restée en place... Mais les mutations, les nettoyages sont parfois si violents que le lieu est devenu en peu de temps méconnaissable.
Les banlieues sont peut-être les plus sujettes à des métamorphoses rapides :
il ne s'y trouvait pas de monument que l'on puisse rentabiliser par des visites nombreuses ; aucun symbole illustre ne s'y rapportait : l'état d'abandon était avancé. Le photographe Raymond Depardon a publié de nombreux clichés de ces zones de France, non sanctuarisées et, pour tout dire, méprisées pour cause de non pittoresque. Et les sites trop pittoresques ne sont-ils pas menacés d'autre façon ? Par le tourisme, la muséification ? D'un côté, un mouvement incessant du paysage ; de l'autre, son immobilisation factice. Même les rues piétonnes ont leur part de responsabilité dans la banalisation des ambiances quotidiennes.
Ce sont les questions que soulèvent et illustre le livre de François Letourneux, agronome et forestier, et que préface Gilles Clément. Les images-constats qu'il commente ne concernent  pas uniquement les " paysages urbains ". Les espaces champêtres, boisés ou en friche, y sont également représentés, esquissant une vue générale de nos géographies. Et ce n'est pas l'aspect le moins passionnant de l'ouvrage, pour attester l'évolution des paysages, plus ou moins contrôlée, plus ou moins "pacifiée ", pour reprendre une expression de l'auteur.
 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire