vendredi 26 mai 2017

Jacques Prévert reverdit

René Bertelé, Jacques Prévert, Editer Prévert,
Gallimard, 524 pages, 32 €
Tous le connaissent par ses mises en chanson ; beaucoup le connaissent pour ses poèmes. Même les lycéens !
Mais Jacques Prévert n'est certainement pas connu d'un large public pour cette facette de son œuvre : les collages. La technique en paraît simple : premièrement, se munir d'une paire de ciseaux, d'un lot d'images existantes (cartes postales, extraits de journaux ou revues, etc.), d'un pot de colle et d'un pinceau ; deuxièmement, rassembler le tout en une nouvelle image imprévue, drôle, irrévérencieuse. Les cubistes pratiquèrent l'exercice (quoique sans beaucoup de drôlerie), les surréalistes aussi (notamment Max Ernst et sa Femme 100 têtes, récemment republié. Et Jacques Prévert. Certains de ses recueils de poèmes (Fatras, Imaginaires) en sont du reste illustrés. D'autres, nombreux, furent adressés à ses amis.
" Il est clair, écrit à leur propos René Bertelé, qu'ils sont naturellement pour lui un moyen d'expression parmi d'autres. Et il est clair qu'ils expriment les mêmes thèmes que son œuvre écrite, qu'ils obéissent aux mêmes lois et aux mêmes intentions que ses poèmes. " Pourrait-on mieux dire ?
Paraît aujourd'hui ce fort volume consacré à la correspondance entre René Bertelet, ami et éditeur de Jacques Prévert, et le poète lui-même.
L'édition est parsemée de collages, dont beaucoup sont inédits. Jacques Prévert y revit. Il y reverdit.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire