vendredi 27 janvier 2017

Vendredi d'hiver

José Carlos Llop, La vie différente,
traduit de l'espagnol par Jean-Marie Saint-Lu,
Do, 88 pages, 14 €
Ces deux-là -- la neige et la poésie -- font bon ménage. La preuve, s'il en fallait encore une :
ce passage d'un poème de José Carlos Llop, intitulé " Samedi d'hiver ", extrait d'un recueil tout récemment traduit en français :

La dernière fois que j'ai vu la neige, je l'ai associée à une mort tranquille
et j'ai écrit une lente élégie qui avait le rythme
des flocons qui tombent. Aujourd'hui il neigeait quand le jour s'est levé.
Nous dormions. Au réveil, j'ai ouvert les persiennes
et les arbres du jardin étaient des lampadaires de marbre blanc
et la terre, de l'albâtre. Les plantes avaient quelque chose de palatial
tels des domestiques revêtus de leur livrée neuve,
et le merle noir du laurier était une sorte de majordome.

                                                                                        José Carlos Llop


Aucun commentaire:

Publier un commentaire