vendredi 17 novembre 2017

Qu'avez-vous dans la tête ? Des poissons

Izaac Walton, Le Parfait pêcheur à la ligne, traduit
de l'anglais par Patrick Reumaux, Klincksieck,
336 pages, 19,50 €
" Mon bon disciple, il est maintenant cinq heures du matin bien sonnées, nous pêcherons jusqu'à neuf, avant de prendre un petit déjeuner. Allez jusqu'au sycomore que vous voyez là-bas, cachez votre gourde sous une racine creuse, car, à cette heure environ et à cet endroit, nous casserons bravement la croûte, avec un morceau de bœuf salé et un radis ou deux que j'ai au fond de ma besace ; nous romprons sainement le jeune, je vous le garantis, en faisant honnête, copieux et appétissant petit déjeuner et je vous apprendrai ensuite la manière de fabriquer vos mouches et de vous en servir ; en attendant voici votre gaule et votre ligne, pêchez de la manière dont vous me voyez le faire et voyons qui prendra le premier poisson. "
Ainsi parle Piscator (le pêcheur) à son compère Venator (le chasseur) qui la suivi au bord de la Tamise, un beau jour vers le milieu du XVIIe siècle. Le livre d'Izaac Walton (16126-1640) est depuis devenu un classique en Angleterre, un classique de la méditation halieutique plus que de la science des rivières et de leurs habitants : il contient un certain nombre de légendes que le lecteur d'aujourd'hui, cet incrédule, débusquera facilement.
L'idée de proposer une nouvelle traduction du Parfait Pêcheur à la ligne ou Le Divertissement du contemplatif, discours sur les rivières, les étangs, la pêche et le poisson est elle-même parfaite. Surtout précédée comme elle l'est d'une brève préface de Llewelyn Powys (1884-1939), un extravagant des lettres et de la nature comme on n'en fait plus, ou plus beaucoup.
Le Parfait pêcheur à la ligne rejoint la collection De Natura Rerum, plébiscitée par le libraire, tout content cette fois de passer sa journée des poissons pleins la tête.

Le pêcheur Walton

Aucun commentaire:

Publier un commentaire