samedi 2 septembre 2017

Haro sur le Thoreau

Henry David Thoreau, Walden, traduit de
l'américain par Jacques Mailhos,
Gallmeister, 392 pages, 10 €
Les éditeurs français semblent apprécier Henry David Thoreau (1817-1862). L'étal du libraire se couvre de petites fleurs de Concord et de Walden, qui sont dans la Nouvelle-Angleterre où il naquit. Outre l'entreprise au long cours des éditions Finitude pour donner aux lecteurs une traduction complète du Journal de Thoreau, qui est sans doute le travail éditorial le plus ambitieux entrepris ces dernières années, retraductions et republications de traductions existantes viennent se  concurrencer.
De la Marche, excitant petit texte disponible chez Mille et une nuits depuis 2003 se retrouve sous le titre Marcher chez Le Mot et le reste (qui le proposaient déjà dans un beau volume d'Essais, qui va se trouver découpé en rondelles) ; Teintes d'automne (Le Mot et les reste) vient bousculer Couleurs d'automne, publié chez Premières pierres du temps où ce texte était inédit en français, déjà chahuté par Marche d'hiver, couleurs d'automne qu'avait  repris Mille et une nuits. De sorte que ce même texte figure, au bas mot, dans quatre livres.  Et puis, il y a Walden, que tout le monde aime : les éditions Gallmeister en donnent une nouvelle traduction (à laquelle est jointe un discours d'Emerson, le mentor de Thoreau), destinée à rafraîchir celle dont on disposait dans L'Imaginaire. Tandis que la collection Spiritualités vivantes ne se gêne en rien pour reprendre la même traduction que celle disponible dans L'Imaginaire, signée en 1922 par Louis Fabulet, qui fit, lui, œuvre de véritable pionnier et qui est aujourd'hui tombée dans le domaine. Sans parler de la traduction qu'en proposait naguère L'Age d'homme ni de celle qui figure aux éditions Le Mot et le reste..
La sauvagerie se porte bien, mais la place va bientôt manquer pour l'accueillir en librairie.
Henry David Thoreau, Walden ou la vie dans
les bois, traduit de l'américain par Louis
Fabulet, L'Imaginaire,
384 pages, 12,50 €


Aucun commentaire:

Publier un commentaire