jeudi 10 août 2017

La Fontaine et la fin de l'Histoire


Erik Orsenna, La Fontaine une école
buissonnière, Stock,/France Inter,
210 pages, 17 €
Après nous avoir entretenu de la fable du moustique mondialisé (voir le billet du six août dernier), Erik Orsenna nous narre l'histoire du fabuliste français le plus célèbre, sinon le plus connu : Monsieur Jean de La Fontaine.
En quarante deux courts chapitres, plus un choix de fables in fine, une partie du XVIIe siècle d'or vous est conté. Château-Thierry (sa ville natale), les sieurs Boileau, Molière, Racine et, souverain, le Roi Soleil, la légende française des salles de classe d'autrefois se déploie. La voix de l'auteur est gentille, gentillette même : " Il est des livres qui sont des bateaux. Ou, si vous préférez, des grands frères... " Voilà qui est fait pour rassurer le lecteur. De plus, la voix de l'auteur a bercé les auditeurs d'une célèbre chaîne de radio dans une série d'émissions consacrées à La Fontaine, cet été. Ce sont les textes de ces émissions qui composent La Fontaine une école buissonnière.
Mécaniques du chaos (pas tout à fait "Apocalypse ", mais on s'en approche) est le titre du prochain roman de Daniel Rondeau, un roman de rentrée. Ukraine, Tripoli, chaîne d'infos, barres de fer, ambassade américaine, projet français, terrorisme, argent sale ... : la fiction dépasse difficilement les pages  des journaux et des écrans. Le lecteur n'est pas dépaysé. Il n'est pas dépassé. Il a la culture qu'on lui sert tous les jours. Mécaniques du chaos, nous dit l'éditeur, nous " emporte dans le mouvement d'une histoire qui ne s'arrête jamais. " Le libraire plaide pour une petite pause quand même.
Daniel Rondeau, Mécaniques du chaos,
Grasset, 460 pages, 22,00 €

Aucun commentaire:

Publier un commentaire