mercredi 12 octobre 2016

Et maintenant : comment dessiner les animaux ?

François David, Un ours, des ours,
Sarbacane, 25 €
Après s'être demandé comment écrire les animaux (dans le billet du 7 octobre), demandons-nous comment les dessiner pour les enfants. A cette question, l'équipe d'illustrateurs (ils sont plus de trente) qui a travaillé pour Un ours, des ours a trouvé de fort belles réponses.
Chacun selon son tempérament a décliné l'image que l'animal, après des siècles difficiles pour lui, s'est acquise auprès des enfants (et des grands). Chaque dessinateur était guidé par les poèmes de François David explorant les mille formes de l'animal : peluche, tendre doudou, représentant des constellations sur la Terre ou magnifique bête blanche promise à disparaître avec la banquise.

Lorsque les tigres
Mangeront des épinards
Et les léopards
Des spaghettis

Les ours alors s'envoleront
Sur des coussins moelleux
Pour aller boire le lait
Des étoiles.

Humour, tendresse, réalisme, naïveté (vraie ou plutôt feinte), collages graphiques : toute la palette de l'illustration contemporaine s'est mise à chanter l'ours, dans sa fourrure blanche ou brune. Le panda (tellement sollicité d'habitude dans les images) est resté pour une fois au sommet de son arbre. On ne le voit pas
.
Stephen Walton, lui, a choisi le fusain pour dessiner la sauvagerie et la faune en danger. Et le résultat est d'une précision, d'un hyperréalisme bluffant. Pas un poil ne manque à la barbe du tigre ou à la crinière du lion, pas une ride à la peau des éléphants ni une rayure au costume du zèbre. Le fusain si fouillé de Stephen Walton montre aussi, s'il en était besoin, la force d'un dessin en noir et blanc.
Il faut dire que l'illustrateur est photographe dans une vie parallèle. " Quand je suis sur le terrain, explique-t-il, je prends des photographies, et lorsque je suis à la maison, je m'en inspire pour dessiner, mais il m'arrive aussi d'utiliser les clichés d'autres photographes comme modèle. "
Le libraire a remarqué une bonne idée à la fin de l'album : l'existence d'une section " Références et lectures recommandées ." Il approuve ce dispositif, rare dans les albums pour la jeunesse.
Hélas, hélas ! Pas un seul de ces conseils ne renvoie à des livres. Tous renvoient à des sites et, donc, à des écrans.
Grrrr ! Grrrrr ! le libraire sauvage sort ses griffes !


Katie Cotton/Tephen Walton,
Sauvage, Gautier Languereau, 18 €

Aucun commentaire:

Publier un commentaire