jeudi 30 juin 2016

D'exil en exil

Beat Generation, New York, San Francisco, Paris
 Centre Pompidou, 304 pages, 44,90 €
 
Tandis que la génération beat s'assied pour un moment au Centre Pompidou après avoir connu l'exil intérieur de New York à San Francisco et Paris, avec ses chambres d'hôtel, ses bars bohémiens, ses poèmes jazzés et ses séjours
sur la tombe d'Apollinaire (" Je me suis rendu au
Père-Lachaise à la recherche de traces d'Apolli-naire ", commence un poème d'Allen Ginsberg),
pendant ce temps donc, le bosnien Velibor Čolić campe le portrait d'un migrant frotté de littérature et exilé en France. Avec sa découverte des gares parisiennes, des taxis, des plateaux télévisés, du métro et des bars :
" Assis tel un pacha derrière le zinc, je me présente au barman comme HB.
-- Vous voyez mon ami, je suis HB, le Hemingway bosniaque. C'est du costaud, moi. Faut pas me chercher. "
Velibor Čolić, réfugié politique, qualifie son roman de " sentimental journey ", ou de " voyage senti-
mental ". Pour accompagner la lecture de son Manuel d'exil, il conseille d'écouter " Monk's Dream, sublime album de l'unique Thelonious Monk ".
D'une certaine façon, exil pour exil, la boucle est bouclée.
Velibor Čolić, Manuel d'exil. Comment
réussir son exil en trente-cinq leçons,
Gallimard, 200 pages, 17 €

 
 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire