vendredi 29 janvier 2016

Qu'il y a écran et écran

Louis-Sébastien Mercier,
Le Tableau de Paris,
La Découverte, 354 pages, 13,50 €
Le libraire lisait le gros livre de Louis Sébastien Mercier (1740-1814) Le Tableau de Paris (un chef-d'œuvre, autant le dire, paru en 1781), quand il découvrit la phrase suivante :
" Les libraires se croient des hommes de conséquence,
parce qu'ils ont l'esprit d'autrui dans leur boutique ".
Et pan sur le bec du libraire !
Puis, continuant sa lecture, il tomba sur ceci :
" Nos bons aïeux lisaient des romans en seize tomes,
et ils n'étaient pas encore trop longs pour leurs soirées.
Ils suivaient avec transport les mœurs, les vertus, les combats de l'antique chevalerie. Pour nous, bientôt nous ne lirons plus que sur des écrans. "
Comment ? Des écrans ? s'écria le libraire  Lire sur des écrans au XVIIIe siècle ?
Il manqua s'étouffer.
Puis, s'étant servi un petit remontant, il eut le réflexe de se reporter à l'appel de note qui figure au mot écran.

Et il découvrit cette explication : " Ecran : cloison ou éventail pour se protéger  de la chaleur d'un foyer. "
Comme quoi les notes peuvent être choses aussi utiles que réconfortantes dans un livre.

Louis-Sébastien Mercier

Aucun commentaire:

Publier un commentaire