mercredi 20 septembre 2017

La belle saison des prix littéraires

Georges Borgeaud, Mille feuilles III,
La Bibliothèque des arts, 286 pages, 9 €
" Quand vient à Paris la saison des prix littéraires, cette saison d'arrière-automne chagrin, les verres à cocktail commencent à scintiller et à s'entrechoquer dans les fiefs où la littérature est reine. Les journaux avancent, discrètement d'abord, les noms d'écrivains plus ou moins méconnus, mais déjà favoris. Qui est à l'origine de ces réputations ? Quel mystérieux jury éliminatoire, quelles éminences grises ou pourpres ? On n'en sait rien ! Peut-être cette rumeur restreinte faite de critiques, d'éditeurs, de radioteurs et, encore, de cette poignée forte, bien que clairsemée, de lecteurs rôdant autour des salons littéraires, vivant à l'intérieur même, animateurs qui se plaisent dans l'imprimé comme le ciron dans le bois. De toute manière, plusieurs petites flammes mijotent une réputation jusqu'au concours ou Goncourt. "

Georges Borgeaud, Le Cérémonial des lettres, Gazette de Lausanne, 9 janvier 1954.

Georges Borgeaud, Le Soleil sur Aubiac,
Zoe, 350 pages, 11 €

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire