mercredi 1 février 2017

Paris, Berlin, Franz Hessel

Franz Hessel, Berlin secret, traduit de l'allemand
par Danielle Risterucci-Roudnicky, préface de
Walter Benjamin, postface de Manfred Flügge,
Albin Michel, 178 pages, 18 €
Franz Hessel (1880-1941) était un romancier, essayiste, poète, traducteur berlinois, ami de Walter Benjamin. Il inspira à Henri-Pierre Roché le personnage de Jules dans Jules et Jim, que Truffaut adapta au cinéma, circonstance que l'on ne manque jamais de souligner lorsque le nom de Hessel se trouve prononcé.
Mais ce rappel est peut-être nécessaire pour comprendre le cadre dans lequel évoluent les protagonistes de Berlin secret, un  roman qui n'avait pas été traduit jusqu'ici en français.
C'est en effet dans la bohème dorée, quoique légèrement déchue, que nous promène ce récit qui se déroule en vingt-quatre heures. Un trio amoureux qui se forme parmi ces jeunes gens oisifs et rêveurs donne à l'œuvre son sujet apparent... et égarant.
Car c'est moins (peut-être) la comédie de mœurs qui frappe sur ces pages (le trio amoureux est une variante des plus courantes en littérature) que l'atmosphère et la langue qui s'en dégage, comme l'affirme l'excellente postface de Manfred Flügge. Sans oublier, naturellement, l'un des principaux personnages de Berlin secret : la ville elle-même, que Franz Hessel habita et dont il parcourut inlassablement les rues et les quartiers.
Hessel vécut un temps à Paris à la fin des années 1930 et s'éprit des apparences de la capitale, comme il aimait Berlin. Il est l'un des représentants de la Flaneurliteratur, une expression qui n'a pas besoin de se traduire. Le libraire a grand plaisir à le suivre dans ses flâneries autour du marché aux puces, avenue du Maine, dans la rue Mouffetard.
Ces parages sont aussi enfouis, parfois, dans le temps et la mémoire, que peut l'être Berlin sous la plume de Franz Hessel.
Franz Hessel, Flâneries parisiennes, traduit de
l'allemand par Maël Renouard,
Rivages, 144 pages, 7,15 €
 


Aucun commentaire:

Publier un commentaire