mardi 20 décembre 2016

L'ours, sa maman et l'imagier

Tom Schamp, L'Imagier le plus fou du monde,
traduit du néerlandais par Carole Speroni,
Milan, 61 pages, 18 €
Un imagier nous dit le Dictionnaire culturel en langue française est un "recueil d'images. " Un " livre d'images pour des enfants ne sachant pas lire ".
Or personne n'obligeait Tom Schamp à serrer autant d'images sur la surface de son livre, même si les pages en sont d'un format relativement grand (27,5 cm x 33,5 cm). Monsieur Schamp ne pouvait pas ne pas penser qu'en agissant ainsi, il créerait un livre que l'on peut dire fou sans exagération. Peut-être même, comme il l'affirme lui-même, le plus fou du monde.  L'espace a presque complètement disparu, tant les objets de toutes sortes, de toutes couleurs, de tout volume sont serrés les uns contre les autres. Les objets et leurs noms, toute sortes de lettres, de panneaux, d'écritures pour donner un nom aux choses.
Dans le monde demeurent des zones moins chargées et plus tranquilles. Mon tout petit habite ce monde-là avec sa maman ourse. Qui est un gros animal. Qui occupe presque toute la page du livre. Mais l'espace existe encore. Il y a même des pages très vides. Avec deux poissons seulement qui sautent hors de l'eau.
Le libraire respire.
Jo Weaver, Mon tout-petit, traduit de l'anglais par Elisabeth Duval,
Kaléidoscope, 13 €


Aucun commentaire:

Publier un commentaire