mercredi 21 décembre 2016

Einstein, voyageur solitaire

 
Etienne Klein, Le Pays qu'habitait
Einstein, Actes Sud, 246 pages, 20 €
Dans l'essai qu'il vient de faire paraître chez Actes Sud, Etienne Klein parvient à faire entrer le lecteur dans une grande familiarité avec Albert Einstein. En mettant ses pas dans ceux du penseur et physicien. Zürich, Berne, Prague, Bruxelles : autant de villes, autant de tournants dans ses théories, avant son exil définitif aux Etats-Unis. " Génie du non-lieu ", selon la formule d'Etienne Klein, Einstein disait : " Les coordonnées n'ont pas de sens physique, tous les systèmes de repérage dans l'espace-temps sont équivalents. " Ce qui, traduit par Etienne Klein dans le langage ordinaire, signifie que ce qui avait lieu dans l'esprit d'Einstein était " beaucoup plus important que les coordonnées du lieu où il se trouvait être. "
Cet essai parsemé de réflexions paradoxales et savoureuses (" Je ne dors pas longtemps, mais je dors vite ") insiste, dès sa couverture, sur l'humour et la décontraction du personnage d'Einstein. On lui taperait presque sur l'épaule, ce qui est peut-être créer une illusion de proximité. Que dissipent rapidement les passages consacrés à la théorie mathématique ou physique. Sur ce point le libraire n'est pas difficile à intimider, il est vrai.
On pourra continuer à voyager en compagnie d'Einstein avec le livre composé par Andrew Robinson. C'est un savant, un "génie "plus conventionnel, s'il se peut, qui se trouve ici approché à partir des archives Albert Einstein. Pour la couverture de ce livre, Einstein a dû remettre ses lunettes. Sa vie privée, ses rencontres dans
le monde scientifique, mais aussi les rapports entre sa théorie et l'énergie nucléaire, se trouvent abordés, parmi de nombreux documents d'époque.

Albert Einstein. Un siècle de relativité,
Place des Victoires, 256 pages, 25 €

Aucun commentaire:

Publier un commentaire