vendredi 18 novembre 2016

Nous sommes les gens de qui nous parlons

Emmanuel Guibert, Martha et Alan, d'après les
souvenirs d'Alan Ingram Cope, L'Association,
116 pages, 23 €
Cet album vient couronner, en quelque sorte,
La Guerre d'Alan, trilogie en bandes dessinées qu'Emmanuel Guibert a consacré à Alan Ingram Cope, son ami américain mort en 1999.
Martha et Alan relate l'amitié, quasi-amoureuse et née dans l'enfance, de deux êtres. Ils seront séparés vers l'âge de douze ans ; se reverront une seule fois, six ans plus tard ; entretiendront une corres-
pondance la soixantaine venue. Mais chacun a
fait sa vie de son côté. Martha s'est mariée.
Alan est resté en Europe.
Emmanuel Guibert a pu utiliser cette correspondance et placer en exergue de son album cette magnifique phrase de son ami Alan : 
" Nous sommes les gens de qui nous parlons. " 
Le rêve, la douceur et le tact imprègnent les dessins de Guibert qui débordent les cases, les annulent, pour envahir la page entière ou les deux pages en
vis-à-vis. En cela, quoique conservant leur contour noir, ils se rapprochent de l'esthétique du tableau plus que de la bande dessinée.
Le texte, très économe, est touchant dans sa simplicité, comme la lettre de Martha à Alan reproduite à la fin du volume. " Je me souviens que tu as été le seul, en maternelle, à me soutenir quand j'ai déchiré la robe de Katherine (ou de quelqu'un d'autre) en jouant au jeu du mouchoir. Je ne voulais pas admettre que je l'avais fait et tout le monde m'a tourné le dos, sauf toi.
Te souviens-tu de cela ? "

Aucun commentaire:

Publier un commentaire