jeudi 21 juillet 2016

Monet (Claude) et Bazille (Frédéric)

Michel Bernard, Deux remords de Claude Monet,
La Table ronde, 211 pages, 20 €
"

" Au printemps 1862, Renoir, Bazille et lui (Claude Monet) étaient très liés. Tous les trois étaient partis travailler en plein air dans la forêt
de Fontainebleau, à Pâques. Monet revoyait leurs soirées à l'auberge du Lion d'or où ils avaient pris pension. Après le dîner -- la soupe, des œufs frais, du pain blanc et du brie --, devant la cheminée, Bazille écrivait à ses parents, lui, l'ancien de l'armée d'Afrique, songeait en tirant sur sa pipe,
et la servante plaisantait avec Renoir (...) Il faisait beau, et le grand soleil, l'air de la province et la bonne nourriture avaient ravivé l'accent du grand Méridional et sa bonne humeur. Renoir rigolait en voyant le gars du Havre et celui de Montpellier marcher côte à côte. "
Plus qu'à raconter une histoire d'amitié entre peintres (le lecteur croise encore Pissarro, Sisley et Manet dans le roman), Deux remords de Claude Monet s'attache à enter dans la sensibilité que l'on pourrait dire ultime de l'un d'entre eux : Claude Monet. Pourquoi celui-ci fit-il don à l'Etat des Nymphéas contre l'exigence d'acheter son tableau Femmes au jardin et de l'exposer au musée du Louvre ?
Le libraire s'abstiendra d'en révéler la raison. Mais le nom de Frédéric Bazille (1841-1870), peintre pré-impressionniste dont on redécouvre actuellement toute l'importance, n'y est pas étranger.
Le roman de Michel Bernard paraîtra le 18 août et l'on peut d'ores et déjà retrouver Bazille dans un beau livre accompagnant l'exposition de la soixantaine de ses tableaux au musée Fabre de Montpellier.

Frédéric Bazille. La jeunesse de l'impressionnisme,
Musée d'Orsay/Flammarion, 304 pages, 45 €

Aucun commentaire:

Publier un commentaire