samedi 3 février 2018

Connaissez-vous Jeanne Hébuterne ?

Dominique Marny, L'amour fou à Paris, 1920-1940,
Omnibus, 208 pages, 35 €
" Prétextant le froid, Modigliani, l'homme des randonnées nocturnes, se replia avec Jeanne, loin de ces rues qu'il aimait tant. L'origine de sa mort réside dans cet enfermement volontaire. Pendant qu'il dormait, toussant de plus en plus fort, Jeanne dessinait en veillant sur sa petite fille. Une nuit, elle se représenta en train de se planter un poignard dans le cœur, et le matin, vers midi, Modigliani regarda ce dessin. Il la connaissait trop bien pour en ignorer le sens ", écrivait Alain Jouffroy.
Jeanne, c'est Jeanne Hébuterne (1898-1920), la dernière compagne de Modigliani (1884-1920) dont Dominique Marny retrace l'existence brève, belle et tragique. 
Artiste elle-même, Jeanne Hébuterne, croisa Modigliani à La Rotonde, le lieu de rendez-vous de la bohème parisienne et internationale dans les années 1920. Modi, un peu maudit, boit, se drogue, commet pas mal de bêtises, disparaît, réapparait. Ils ont un enfant, elle est enceinte d'un deuxième. Cette histoire de poignard dans le cœur, elle la vivra le lendemain de la mort de Modigliani. De douleur, elle se défenestrera.
La vie de Jeanne est contée dans L'amour fou à Paris, 1920-1940, à côté de celle de plusieurs couples  (Man Ray et Kiki de Montparnasse ; Marc Chagall et Bella Chagall ; Paul Eluard et Nusch Eluard, notamment). Olivia Elkaim a fait d'elle le centre de son dernier roman : Je suis Jeanne Hébuterne.

Olivia Elkaïm, Je suis Jeanne Hébuterne,
Stock, 242 pages, 19 €

Aucun commentaire:

Publier un commentaire