dimanche 4 mars 2018

Un prélude poétique

Le goût de la poésie amoureuse,
Mercure de France, 126 pages, 8 €
En prélude à l'apéritif-lecture en poésie de samedi prochain, 10 mars, en compagnie de Patricia Castex-Menier, le libraire suggère deux entraînements.
Le premier vous emportera dans la poésie amoureuse
à travers le temps et l'espace. Des anciens vers les contemporains, en passant par les modernes.
Petits extraits, de Catherine Pozzi (1882-1934), d'abord :  

Très haut amour, s'il se peut que je meure
Sans avoir su d'où je vous possédais,
En quel soleil était votre demeure
En quel passé votre temps, en quelle heure
Je vous aimais (...)

De René Depestre (né en 1926), ensuite :

Mon avenir sur ton visage est dessiné comme des nervures sur une feuille
ta bouche quand tu ris est ciselée dans l'épaisseur d'une flamme
la douceur luit dans tes yeux comme une goutte d'eau dans la fourrure d'une vivante zibeline (...)

Hors de cette petite anthologie, une autre amoureuse vous attend, la Russe Anna Akhmatova (1889-1966) :

Mon fidèle ami, nous allons nous promener,
Nous embrasser, vieillir peut-être...
Et tels des étoiles neigeuses, les mois légers

Voleront au-dessus de nos têtes.
Anna Akhmatova, Les Poésies d'amour,
Choisies, traduites et présentées par
Henri Abril, Circé, 144 pages, 12 €





Aucun commentaire:

Publier un commentaire