mardi 13 septembre 2016

Eloge de la librairie

Jorge Carrión, Librairies. Itinéraires
d'une passion, traduit de l'espagnol par
Philippe Rabaté, Seuil, 319 pages, 22 €
" Chaque librairie condense le monde. Ce n'est pas une route aérienne mais un couloir délimité par des étagères, ce qui unit votre pays et ses différentes langues avec de vastes régions où l'on en parle d'autres. ce n'est pas une frontière internationale mais un passage -- un simple passage -- que l'on doit traverser pour changer de topographie et donc de de toponymie et donc de temps : un volume édité en 1976 se trouve à côté d'un autre publié hier, tout juste arrivé et qui sent encore la lignine (composant de la même famille que la vanille) ; une monographie sur les migrations préhistoriques cohabite avec une étude sur les mégalopoles du XXIe siècle ; après les œuvres complètes de Camus, vous tombez sur celles de Cervantès (...) Il vous suffit de vous retourner pour passer d'un genre à un autre, d'une discipline ou d'une obsession à son contraire, souvent complémentaire -- du théâtre grec aux grands romans nord-américains, de la microbiologie à la photographie, de l'histoire de l'Extrême-Orient aux romans populaires du Far West, de la poésie hindoue aux chroniques des Indes, de l'entomologie à la théorie du chaos. "

Le libraire ne pouvait pas tomber sur meilleur éloge pour rouvrir son blog.
Cet extrait est tiré d'un livre-labyrinthe (dans l'esprit des bibliothèques de Borges) intitulé Librairies. Itinéraires d'une passion. C'est le premier de son auteur, Jorge Carrión, essayiste espagnol, traduit en français. Il est le fruit de nombreuses pérégrinations, physiques et mentales, à travers les cinq continents de la géographie et les innombrable continents de l'imagination d'un lecteur.
Ce n'est pas un livre écrit pour épouser le calendrier des prix annuels (et d'ailleurs il n'existe pas de livres de cette sorte, c'est bien connu) ; il est né de l'étrange forme de patience du promeneur et, comme le pas du promeneur, il enjambe les siècles. De Babel à nos jours.
  

Aucun commentaire:

Publier un commentaire