mardi 5 juillet 2016

La table raconte le monde

Massimo Montanari, Les Contes de la table,
traduit de l'italien par Jérôme Nicolas,
Seuil, 253 pages, 19
Que la littérature et l'imaginaire soient remplis de rêves liés à la nourriture et aux saveurs ne devrait pas surprendre les gourmands, dont le libraire fait partie.
Les romans de chevalerie, les contes, les vies des saints, notamment, en sont, si l'on ose dire, truffés. L'historien Massimo Montanari a eu l'idée  d'en extraire le suc dans des contes traditionnels, pour la plupart traditionnels, qui nous transportent au moyen-âge dans la peau de Charlemagne, de saint François d'Assise ou encore de Christine de Suède. C'est au pays de Cocagne que, fort logiquement, se termine ce voyage chez les bons vivants du passé européen.
" La table raconte la faim et les efforts des hommes pour la transformer en source de plaisir. Elle raconte l'économie, la politique et les rapports sociaux.  Elle révèle les traits intellectuels, philosophiques et religieux d'une société. La table raconte le monde ", écrit Massimo Montanari.
Le livre est pimenté par les illustrations bicolores, oranges et noires, façon années 1950, de Harriet Taylor Seed.
Bernard Pivot avait animé un célèbre Bouillon de culture, on s'en souvient peut-être.
Ce Lyonnais de naissance nous parle de festins dans son dernier livre. Sauf que ce sont, dit-il,
" les mots qui nous grignotent, ce sont les livres qui nous avalent ", et non le contraire, comme le pensent les auteurs qui se croient  omniscients. Au secours les mots m'ont mangé a été écrit pour être dit sur scène. Un CD l'accompagne de façon à joindre au plaisir gustatif celui de l'audition.

Bernard Pivot, Au secours ! Les mots m'ont mangé,
Allary éditions, 102 pages, 18,90 €

Aucun commentaire:

Publier un commentaire