lundi 26 janvier 2015

Evariste Gallois à toute vapeur

François-Henri Désérable, Evariste,
Gallimard, 171 pages, 16,90 €
François-Henri Désérable est à tu et à toi avec Evariste Gallois. C'est du moins ce que suggèrent les premiers mots du premier chapitre de son premier roman : " On  sait qu'Evariste - d'emblée appelons-le Evariste - eut pour père Gabriel Gallois... "
C'est sur ce ton allègre, pour ne pas dire désinvolte, sinon insolent, qu'il mène sa biographie du génie des mathématiques (1811-1832) et évoque les épisodes historiques auxquels il fut mêlé.
De mathématiques, en vérité, il ne sera guère question dans le roman - d'ailleurs, la vocation d'Evariste lui-même connut des hauts et des bas.
Ce qui a fasciné François-Henri dans Evariste, outre le frisson de côtoyer un génie, est son passage dans la vie à la vitesse d'un météore : d'où le parallèle avec Arthur (Rimbaud), le météore de la poésie.
On ne s'ennuie certes pas dans ce roman virevoltant où le calcul se mêle à la cape et à l'épée ; où Gérard (de Nerval) apparaît à côté d'Alexandre (Dumas), tandis que Victor (Hugo) croise Friedrich (Hegel).
Beaucoup de génies et vingt chapitres. Comme le nombre d'années que Gallois passa sur terre, nous dit François-Henri. Pas un de plus. A la hussarde.

De François-Henri Désérable, a précédemment paru chez Folio : Tu montreras ma tête au peuple.
 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire