lundi 12 novembre 2018

C'est pourquoi Poe a de la chance

Après celles de Dante, dans le domaine italien ; Dostoievski, dans le domaine russe, Mark Twain  et Stevenson, pour la langue anglaise aussi, voici qu'un autre grand classique fait l'objet d'une nouvelle traduction : Edgar Allan Poe
Publiée par Phébus dans un format confortable et une reliure toilée, elle comportera deux volumes réunissant, par ordre chronologique de leur publication, toutes les nouvelles écrites par Poe.
Il n'est pas exagéré de dire que Poe doit en France une fière chandelle à Baudelaire
Sans nier cette évidence, en rendant même un bel hommage au poète des Fleurs du Mal,
les traducteurs se sont attelés à une version contemporaine intelligente.
Edgar n'en sort que justifié et grandi.







Mais ce qui fait dire au libraire qu'il a du pot Edgar, c'est que Pierre Bondil et Johanne Le Ray se sont donnés la même mission pour le compte des éditons Gallmeister, en leur collection Totem. 
La Chute de la maison Usher donne son titre au premier volume de la trilogie qui abritera les nouvelles d'Edgar.

 >> Edgar Allan Poe, Nouvelles intégrales, tome I, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Christian Garcin et Thierry Gillyboeuf, Phébus, 432 pages, 27 €

>> Edgar Allan Poe, La Chute de la maison Usher, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Pierre Bondil et Johanne Le Ray, Gallmeister, 358 pages, 11 €

Aucun commentaire:

Publier un commentaire