mardi 25 avril 2017

Lleewelyn Powys, drôle d'oieau

Llewelyn Powys, Que les noix brunissent,
traduit de l'anglais et préfacé par Patrick
Reumaux, Klincksieck, 184 pages, 19 €
Après Carole Llewellyn (avec deux fois deux " l "), voici... Llewelyn Powys (seuls les deux premiers
" l " sont doublés) ! Llewelyn (1884-1939) qui appartint à l'inénarrable lignée des Powys. Le petit frère de John Cowper et de Theodore Francis, tous deux écrivains eux-aussi, comme cinq autres Powys sur les onze que compta leur fratrie !
Que les noix brunissent est le titre du dernier livre traduit de ce britannique quasi-inconnu en France, il faut bien le dire, dût-on peiner Patrick Reumaux, infatigable et excellent traducteur de son œuvre.
Amoureux des animaux et des paysages septentrionaux, Llewelyn a laissé des chroniques d'un style inimitable : trois lignes suffisent à vous mettre sur sa piste (surtout quand les mots Dorset, marais et goélands apparaissent sur la page) sans avoir vu son nom sur la couverture. " Le style de Llewelyn est celui de nos pensées quand un long rêve diurne nous enveloppe soudain merveilleusement, sur une lande, une terrasse,
une balustrade, un coin de mer familier depuis l'enfance ", a dit John Cowper.
Le libraire vous encourage (vivement, chaleureusement, vigoureusement) a découvrir deux autres livres de Llewelyn. Des rats dans la sacristie (Isolato), où les animaux sont d'une grande présence et L'Amour la mort (Phébus), roman d'amour chevaleresque tel qu'un Powys pouvait l'imaginer. C'est-à-dire ne ressemblant à aucun autre.

Llewelyn Powys, Des rats dans la
sacristie, traduit de l'anglais par
Patrick Reumaux, Isolato, 99 pages, 17 €


Aucun commentaire:

Publier un commentaire