mardi 9 août 2016

" Vis lumineux... "

Alexandre Duyck, Chantal Mauduit. Elle grimpait
sur les nuages, Guérin, 221 pages, 25 €
Ce seront nos derniers moments montagnards de l'été, et nous les passerons en compagnie de l'alpiniste Chantal Mauduit, disparue sous une avalanche lors d'une excursion dans l'Himalaya.
" Elle grimpait sur les nuages ", écrit son biographe Alexandre Duyck, précisant : " Au printemps 1994, elle recopie du Baudelaire ( "Le Voyage ") dans l'un de ses carnets : Mais les vrais voyageurs sont ceux là seuls qui partent / Pour partir ; cœurs légers, semblables aux ballons, / De leur fatalité jamais ils ne s'écartent, / Et, sans savoir pourquoi, disent toujours : Allons ! "
Cette jeune femme un peu bohème vit
" tranquillement " (sic) à cheval entre ses deux paradis, l'Himalaya et les Alpes. Un temps, elle rêva de devenir championne de ski, pratiqua le parapente, puis se lança à l'assaut des sommets de 8 000 mètres.
Elle en franchira six et nourrissait le projet d'enchaîner quatorze ascensions de cette altitude.
 Le 11 mai 1998, un an après la publication de son livre J'habite au Paradis, son corps sera retrouvé, ainsi que celui de son ami sherpa, sur les pentes du Dhaulagiri, au Népal, enseveli sous la neige.
Alexandre Duyck sait nous rendre plus que sympathique celle qui écrivait à même la toile de sa tente : " Vis lumineux, créé un poème et va : accrois l'espace de la terre. "

Chantal Mauduit, J'habite au Paradis,
184 pages, 17 €




Aucun commentaire:

Publier un commentaire