jeudi 14 juin 2018

La liseuse aux oubliettes

On pouvait lire dans Livres Hebdo, du 31 mai dernier la fracassante déclaration suivante :
Considérant que " le livre est de retour après le choc que lui a fait subir le livre numérique", " il n’y aura jamais trop de librairies aux États-Unis ", a proclamé, mercredi 30 mai à New York devant quelque 200 libraires réunis pour l’inauguration de la foire professionnelle BookExpo, le fondateur de Barnes & Noble, Len Riggio, 77 ans. "
Information confirmée le lendemain en ces termes :

" Les patrons des trois principaux groupes d’édition américains (…) ont saisi l’occasion pour clairement tourner la page du livre numérique (e-book), dont ils croyaient dix ans plus tôt qu’il allait bouleverser tous les équilibres de l’industrie du livre. "

Le libraire est ravi d'apprendre qu'on compte maintenant sur lui pour rattraper l'une des plus monumentales et plus coûteuses erreurs (pour rester poli) de l'histoire culturelle récente.
N'ayant jamais perdu le sens de l'humour, sinon, il aurait changé de métier, il kiffe la situation.




 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire