mardi 13 février 2018

Le matricule d'Anne-Marie Beeckman

Le Matricule des anges N° 190, février 2018,
52 pages, 6,50 €
Dans le dernier numéro du Matricule des anges (mensuel de la littérature contemporaine, numéro 190, février 2018), Richard Blin a parfaitement senti et exprimé ce qui était en jeu dans L'Amante érectile, d'Anne-Marie Beeckman, qui était l'invitée d'A la Page, samedi dernier, avec son éditeur Stéphane Mirambeau, des éditions Pierre Mainard.
Inspirés par six dessins de Diane de Bournazel, les poèmes d'Anne-Marie Beeckman " retrouvent l'animalité et les racines charnelles de la poésie primitive ", souligne Richard Blin, qui remarque encore, à juste titre, qu'ici " n'existe aucune séparation entre le naturel et le surnaturel. "
Le libraire ne saurait mieux dire pour qualifier une œuvre qui est l'une des plus fortes et des plus discrètes portées par les poètes (femmes et hommes réunis) de notre temps.
D'autant qu'il fut souligné durant cette heure passée en sa compagnie, combien le dépeçage de texte, d'un œil froid et méthodique, était le grand ennemi de la poésie.

Voilà que tu t'allonges,
voilà que tu consens
et c'est au fond des bois grand trouble chez les bergeronnettes.
(...)
Les pieds dans le limon,
la tête dans la nue,
j'attends ton cygne.
Il tombera des étoiles.
J'ai le doigt prêt pour le sillage.

Anne-Marie Beeckman, L'Amante érectile,
poèmes sur des dessins de Diane de
Bournazel, Pierre Mainard, 53 pages, 22 €
 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire