vendredi 28 juillet 2017

Jerusalem de rêve

Myriam Hardy, La Petite fille de
Jérusalem, Editions des Malassis,
271 pages, 16 €
" Toujours est-il que Siona, trônant près de la coufïa, dominait la vie. Elle voisinait avec le chanfrein des chevaux, avec les paniers d'anémones et d'iris, avec les cruches de miel sauvage et de lait caillé que les femmes de Siloé, très droites, portent sur leur tête. De la main, elle touchait les amulettes des chameaux -- souvent leurs charges risquait de la chavirer, -- elle plongeait dans les échoppes semblables à des antres où des gnomes accroupis cousent des tuniques de lumière, forgent des anneaux magiques, brodent des souliers de fée, et où de beaux éphèbes somnolent parmi des oranges de Jaffa, comme des Aladins parmi des lampes merveilleuses.
Dans les couloirs voûtés des souks, elle fendait avec son genou un fleuve de turbans et de tarbouches, elle voguait sur un nuage d'odeurs épicées et de parfums de roses. De-ci, de-là, d'autres enfants émergeaient du clair-obscur (...) Quelquefois, dans un œil de la voûte, le ciel se penchait sur sa tête, une colonne de feu bleue l'enveloppait, elle et le hennin de sa nourrice et le voile blanc, vers d'autres mirages, vers d'autres mystères. "
Dans le décor orientalisant de la librairie (voyez le document à droite si vous ne m'en croyez), rien de tel que de se fournir La Petite fille Jérusalem, retrouvée par les Editions des Malassis.
Myriam Harry, l'auteur de ces merveilles, obtint le premier prix Femina, bien avant que le libraire n'ouvre son échoppe, en 1904. La Petite fille de Jérusalem fut publié en 1914.Qui était Myriam Harry ? Ecoutons son dernier éditeur en date :
Myriam Harry, de son vrai nom Maria Rosette Shapira, est née à Jérusalem en 1869. Son enfance et sa jeunesse ont fait l’objet de quatre romans. La Petite Fille de Jérusalem est le premier. Découverte à Berlin par Sacher-Masoch, Myriam Harry devient l’égérie de J.-K. Huysmans, Anatole France, Jules Lemaître. Elle est l’auteur de nombreux romans et nouvelles qui, tous, eurent un très grand succès. Souvent sollicitée par les directeurs de journaux, elle parcourt le monde : elle en rapporte de très justes récits de voyage (Tunisie, Irak, Madagascar, Indochine…). Elle reçoit en 1904 le tout premier prix Femina pour La Conquête de Jérusalem.
Demain, le libraire vous entretiendra d'un tout autre conte, d'une facture littéraire toute différente...

Myriam Harry

Aucun commentaire:

Publier un commentaire